PERPLEXITÉ

La planète tourne autour de son axe. Une manière originale de nous révéler les atouts du clair-obscur et des  privilèges enfuis sous le couvert des jours et des nuits. Elle remet périodiquement son existence en jeu dans le jardin de l'univers. L’étoile solaire accrochée au fronton galactique dispense magnificence et volupté à travers d'éphémères saisons. L'Homme innocent s'y mire dès sa première apparition. Œuvre d’art jamais égalée, elle exprime implicitement un vœu de reconnaissance, un rappel à la raison pour sauvegarder les harmonies en place. Elle tempère lses ardeurs trop pugnaces, diffuse sa plénitude sans arrogance et distribue ses bienfaits pour satisfaire les plus exigeants dont hélas, l'ignorant se fait roi. Depuis sa naissance elle illumine de lumière le firmament des esprits et se mue en compagne du temps qui passe. Le vide dont elle fait sa maison y mesure les peines humaines en gestation. 


La terre, cadeau des dieux ? Geb, le dieu de la terre selon la mythologie de l’Égypte ancienne, offrit le pouvoir à Osiris, le premier pharaon. Chez les Chinois c’est le dieu Pangu, premier être sorti du chaos originel, séparateur du ciel et de la terre. Sa mort a donné naissance au monde et les hommes qui y  vivent. Ce fut également un dieu taoïste, le premier des Trois Purs (Wikipédia). Quand les dieux mythologiques prirent la décision de déléguer une parcelle de leur pouvoir à l’homme, ce fut le début d’un nouveau chaos. L’individu devint un loup pour ses congénères. Les richesses naturelles, gracieusement mises à disposition des rares occupants de la planète, devinrent rapidement des éléments de domination. La guerre pour un lopin de terre. 

La concupiscence transforma les habitudes et ouvrit le chemin à la convoitise, à la chasse aux sans défense, aux meurtres et aux exactions de tous genres. L'Instinct de propriété, levier puissant vers une forme de reconnaissance s'accentua dramatiquement. L'accès aux biens, le plus souvent par la force brutale donna naissance à une hiérarchie de citoyens. L'homme se détourna de la liberté. Il fut soumis à l'appétit du pouvoir ou à celui qui le détenait. Quant à la justice, enfant illégitime d'une autorité maintes fois usurpée, elle mit les rapaces à l’abri de toutes sanctions, puisqu'ils en furent les instigateurs. 


Ce sont eux qui avaient la haute main sur la tribu, le clan ou la société. La propriété permettait d'alimenter la richesse des clans en  devenir. Elle ne sera qu'une future pourvoyeuse de misère. Le pouvoir corrompt, favorise celui qui végète utile dans le giron des chefs, au détriment du suiveur par crainte ou habitude.

Le nombre effroyable d'exactions commises au nom des dieux de l’univers est à peine crédible. Si ce ne fut pas pour une quelconque divinité, les cadavres continuèrent toutefois à s’empiler pour des raisons de cupidité. Pour beaucoup de mortels il est difficilement supportable de ne pas posséder ce qui fait la richesse de l'autre. L'Homme, cet animal si particulier, potentiellement riche en savoirs, ce qu'il ignore, continue à vivre de  manière primitive, illuminant son présent d'une lumière artificielle, de faux idéaux et d'illusions auxquels il ne croit pas lui-même. Il prêche l'impossible égalité entre hommes pour masquer son incapacité à accepter l'être tel qu'il est dans sa conception universelle. 


Il feint de ne pas s'intéresser à sa destinée, tout en craignant ne pas en avoir une. Il est comme un joyau incommensurable à la mécanique subtile et unique. Il ne peut se dupliquer et son destin spécifique, incomparable, lui est propre. L'homme, telle une planète, se construit à partir des forces cosmiques, dans un même souffle universel. 

Les codes de gouvernance, plutôt bancales - mais adoptés par le plus grand nombre, seront toujours injustes envers les sociétés humaines car la règle qui les régit sont uniformes dans leurs structures, sans nuances et pauvres par rapport à la complexité de l'individu. Si l'homme est poussière d'étoile, comme le suggère  Hubert Reeves, l'esprit fait alors partie intégrante de l'évolution cosmique et ne pourra répondre aux lois de la planète sans se faire une certaine violence. Craintif face aux mystères, dubitatif face à l'inexpliqué et rempli de doutes face à l'inconnu l'homme peine à se révéler, à se découvrir dans les sociétés trop souvent contradictoires qui mettent à mal la planète. Le vivre ensemble sans heurt n'est pas une simple vue de l'esprit, pour autant que «l’autre» soit accepté dans l'univers qui est le sien. Une attitude qui va de pair avec une certaine discipline de survie pour ne pas donner du grain à moudre aux états d'âme suicidaires. 


Discipline incontournable quant à l'équilibre de fonctionnement de toute société. Il n'en reste pas moins que l'être humain dépend davantage de l'univers et ses implications que du monde des hommes et ses imbrications artificielles et très souvent contre nature. Affronter l'existence sans fausses illusions pour découvrir le rôle qui incombe au voyageur sans valise, est une noble cause. La diaspora sillonnant le village monde est de plus en plus abreuvée de fausses questions aux réponses absurdes et confuses. Elle est de surcroît abrutie par des images sans perspectives et dévalorisantes, brouillant toute réflexion immatérielle. Elle est la proie d'une gouvernance autoproclamée ou souvent élue en méconnaissance de cause. Cette gouvernance, aux pouvoirs sectaires prétend soigner les blessures dues à ses contradictions, mais les réponses ne répondent guère aux attentes des communautés établies. 


Ainsi, l'homme désorienté, se trouve-t-il en perte de repères. Qui plus est, la notion éthique des pouvoirs en place tend à disparaître en même temps que l'intelligence inhérente a la fonction. Les potentats se dessaisissent de leurs responsabilités au profit d'ambitions personnelles. Il y a souvent une étroite corrélation entre le défaut d'intelligence et la montée en puissance de certains pouvoirs. Le haut de la courbe annonce invariablement la descente et une extinction programmée. L'Homme n'est pas destiné à avoir, mais à comprendre. Cela s'avère à travers la nuit des temps...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

BON SENS

QUEL AVENIR...

PRESIDENTIELLES