promoblog

SOUTENEZ LE BLOG EN CLIQUANT SUR LA PUBICITE, SOUVENT EN BAS DE PAGE ...

A LA UNE !

DU GRAND GUIGNOL

Cacophonie, coups tordus, trahisons. Un système de gouvernance érigé en idéologie. Mensonges, bluffs et abus de pouvoir se sacralisen...

vendredi 31 mars 2017

HUMOUR...NOIR

L'assertion du politique prétendant agir pour le bien de la nation ne peut susciter qu'un éclat de rire. Si c'était le cas, les candidats à la fonction suprême ne se battraient pas comme des chiffonniers de bas étages en s'invectivant à longueur de journée. Il y a là une volonté délibérée de détruire ceux qui leur font de l'ombre. Accéder au faîte, se frayer un chemin à travers le dédale des obstacles menant au pouvoir n'est pas une sinécure. C'est une guerre d'ego au service de l'orgueil. Quelques semaines durant, te temps du spectacle, le politique flatte l'électeur pour que ce dernier lui fasse la courte échelle pour accéder à l'estrade du pouvoir. Après, seulement après le sollicité rejoindra la cohorte des abusés. Quant à la mention « intérêt général » qui tend à enluminer les discours, ce n'est qu'un slogan électoral. Une magnanimité pour cocus. Péroraisons, promesses ou injonctions ne sont que fumet de bonimenteur. Du remplissage pour combler les vides d'une harangue mal ficelée. L'électeur est avide de jeux  de cirque et captivé par les diatribes de l'élu. Intéressé par les formules creuses du prétendant au trône, il n'est pas dupe du discours.  


La soif du pouvoir a force d'orgasme. Elle permet de vivre au dessus de sa condition, de donner de laforce à sa faiblesse. D'être considéré par autrui quand on manque de considération envers soi-même. C'est aussi chercher à combler le poids de la solitude. l'Homme d'état...celui qui se fait attendre depuis des lustres, se révélera lors de la faillite du système. Faillite imminente, laissant toutefois aux pleutres du pouvoir le temps de se carapater. La plupart des opportunistes de la chose publique réalisent que c'est la fin de la récréation. Pourtant il est trop tôt pour mettre un terme à cette déchéance annoncée car beaucoup de bras cassés, de nombrilistes, d'infatués et d'handicapés de la vision, de vaniteux en attente de leur quart d'heure de célébrité (dixit A. Warhol ),  ne se sont pas encore soulagés dans l'urinoir collectif de leur posture intellectuelle.

Shootés à l'herbe de l'irréalisme, ces champions du verbe sont entraînés à donner du sens à leur impuissance. Ils essayent de justifier l'inanité de leur présence au pouvoir. Une présence toutefois nécessaire pour asséner le coup de grâce à la société encore trop ancrée dans l'habitude du laisser aller et laisser faire. 


Le chaos mettra fin à la dialectique spécieuse, à la prédominance de ces parfumeurs de l'esprit qui pérorent, braillant de l'inconséquence tous azimut pour flatter leur vanité. Marine Le Pen est une chance pour le renouveau. Elle sait mettre en scène son appétit pour la domination et le pouvoir hégémonique. Elle sait mentir, dissimuler, promettre et rassurer. Elle sait éluder les questions embarrassantes et glisser les réalités du moment sous le tapis de sa cuisine électorale. Sa mauvaise foi patente n'a d'égal que l'incurie de sa conception de la gouvernance. Elle n'est pas seule dans ce cas. Ses adversaires cultivent le même type de champignon hallucinogène. 



Avec le candidat Fillon, Rolls des batteries de cuisine, Benoît Hamon l'illusionniste K.O debout, entourés de Mélenchon, le tribun talentueux dispensant sa petite musique voluptueuse en accompagnement de la saga des lendemains qui chantent et Emmanuel Macron, l'ennemi à abattre, la politique française versus présidentielle, fait preuve d'une élasticité proche du porte-jarretelle. En fait c'est la saga du temps perdu. Les cinq candidats ont des propositions dont certaines pourraient faire l'objet d'un consensus. Pourquoi ne pas l'admettre et en discuter autour d'une table pour essayer d'en dégager des avantages en faveur de la nation et de sa population. Pourquoi toujours  opposer, diviser au lieu d'unir. Est ce que le manque de maturité politique est telle que cela s'avère impossible.


L'Altruisme semble, en tous les cas être un gros mot et une tare dans ce domaine. En attendant l'homme providentiel, De Gaulle en 1939 était un illustre inconnu, il faut continuer à administrer l'incommensurable volatilité de la réflexion humaine. Continuer à brûler ce qui a été adoré et combattre ce qui a valorisé la société le temps d'une l'illusion. Hurler avec les loups, mordre la main tendue et trahir sa parole, tout en prorogeant le temps de la jalousie, de l'envie, les deux mamelles de la concussion. Faire la guerre en pleurant la paix et tuer pour exorciser la vie. Pas facile d'harmoniser ces contradictions sans être au bénéfice d'une adhésion populaire, même temporaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Messages les plus consultés

Membres

Agoravox

Musique

Nombre total de pages vues