promoblog

SOUTENEZ LE BLOG EN CLIQUANT SUR LA PUBICITE, SOUVENT EN BAS DE PAGE ...

A LA UNE !

DU GRAND GUIGNOL

Cacophonie, coups tordus, trahisons. Un système de gouvernance érigé en idéologie. Mensonges, bluffs et abus de pouvoir se sacralisen...

lundi 2 août 2010

«La Mère des... »


La mère des imbéciles est toujours enceinte, dicton italien qui souligne avec humour l'ambiance dont est fait notre quotidien.
Ces imbéciles ne sont pas et de loin, que des esprits simples.
Il y a un bon nombre d'archi certifiés qui tapissent les murs de leurs bureaux du sol au plafond, avec des certificats, des diplômes et doctorats, plus laudateur les uns que les autres.

Les grandes écoles, universités ou autres, formatent des grosses têtes comme on calibre des fruits afin que ces dernières correspondent aux impératifs des divers marchés.
Aujourd'hui l'être humain se vend comme un produit avec date de péremption.

Seul un petit pourcentage atteindra une indépendance de réflexion suffisante pour pouvoir mener à bien la démarche vers la compréhension de l'individu au sens large du terme et saura l'intégrer dans une philosophie sociale.

La majorité restera cantonnée dans un esprit de fonction sous tutelle, gonflant égo et suffisance. Tout comprendre sur rien et rien comprendre sur tout. Dans leurs besaces, un savoir pointu qui les dépasse et une vision moléculaire centrée sur eux-mêmes et inadaptable.

Des généraux perdent les guerres, les journalistes sont aux ordres, les

banquiers payent leurs dettes avec le revenu des miséreux, les
industriels pillent sans vergogne le patrimoine de l'humanité.

Les grands noms de la chimie, cette puissante industrie au marketing adroit, oriente les futurs patients vers le médicament à la mode.
Un business facile à mettre en place et à haute valeur ajoutée, quitte à sponsoriser des évènements sportifs ou autres pour affiner leur image de marque.

Une aide aux cabinets médicaux et le soutien financier de certaines O.N.G peuvent faciliter l'installation du médecin et les prescriptions ne seront, dès lors, qu'une simple formalité.
Peu importe que les produits ne soient pas toujours innocents.
De toute façon une nouvelle potion miracle guérira des effets nocifs du premier.

Il s'agit d'encaisser toujours plus et plus vite, d'entasser, de cumuler pour posséder. On achète et on vend de la terre dont nous ne sommes que dépositaires. On déboise, on arrache, on creuse et on vole impunément le sous-sol du citoyen en place depuis des siècles, sous prétexte qu'il n'est qu'un ignorant sans voix. Nous créons la pauvreté pour mieux asservir les populations.

D'aucuns prétendront que cela a toujours existé. Que c'est le propre de l'homme et que cela ne changera jamais. Bien sûr que cela changera...dés que l'exaspération de ceux que nous opprimons atteindra son paroxysme. les démunis, dos au mur, mettront un terme à la fête. Rien n'est immuable. Tout est mouvement y compris nos sociétés.

Nous tuons, massacrons, torturons, gazons et amputons en toute bonne conscience. Le marchand d'armes rachète sa virginité en sacrifiant à la messe, le banquier s'autorise toutes les expulsions en remerciant les dieux de leurs bienfaits par un don anonyme, le chimiste parlera de fatalité lorsque des essais sur cobayes tournent mal. Il ajustera sa conscience en versant une obole au premier mendiant rencontré.

Les églises bénissent.
Du navire de guerre au tournois de ping-pong.
Un geste facile qui ne coûte pas grand chose et gonfle le patrimoine déjà très important.
Les religions monothéistes s'affirment comme une autre plaie de l'humanité qui couvre toutes les exactions et se trouvent à une distance inter-galactique de la spiritualité.

Le pensionnaire du Vatican en Papa mobile, propage la bonne parole aux foules du tiers monde, s'entoure de gardes du corps, se vêt de soieries, de pourpre et d'or - en somme il incarne le pouvoir de «l'argent roi» contre des ventres creux.
C'est une image difficilement supportable par opposition à celles d'un Gandhi, d'un Mandela, d'un abbé Pierre ou d'une mère Thérésa, qui représentent à eux seuls la quintessence de l'humanité.

Les territoires traversés par le Pape dans son véhicule blindé ne rencontrent que la piété populaire d'une masse d'analphabètes qui ne comprennent pas ce qui se passe.
Il n'y a là que des miséreux aux ventres creux qui s'attendent à ce que nous venions les sauver de la faim.

Erreur ! Nous venons simplement offrir des bénédictions afin de calmer leurs angoisses pour qu'ils continuent avoir faim, mais dans la joie et l'espoir d'un monde meilleur.

L'islam intégriste lapide ses sujets ou envoie des gamins munis de ceintures de dynamite autour de la taille mériter les soixante dix vierges promises au paradis ou encore les protestants illuminés d'Irlande massacrant joyeusement les catholiques de Dublin. Et nous, nous chantons l'amour les yeux bandés !

L'histoire du veau d'or s'est mal terminée et a fini par mettre à mal tout une civilisation.
Malgré notre passé prestigieux et les multiples témoignages à notre disposition, la pléthore de documents qui nous décrivent l'importance et la pensée de nos philosophes grecques, indiens et chinois, nous n'avons pas été capables de retenir grand-chose du miracle que représente le vivant.
Nous sommes des indécrottables coupables de ce pouvoir qui mène le monde à la pauvreté et à la misère.

Une population mondiale de prêt de sept milliards d'âmes, dont deux milliards vivent dans la misère.
Trois milliards ont une vie difficile, pénible, sans parler de cette classe moyenne qui s'effrite et se rétrécit comme une peau de chagrin.

Nous voyons une poignées de dictateurs de la haute finance mettre le monde à sac par besoin d'habiter le pouvoir. Ils ont intégrés le capitalisme comme religion et en sont devenus des adeptes purs et durs en éprouvant un besoin irrésistible de se situer au dessus des autres.

Nous sommes certains qu'il ne s'agit pas, en l'occurrence, d'une inexorable fatalité.
Mais le changement ne pourra se réaliser qu'à partir d'une profonde mutation de la société, voire sa disparition au profit d'une nouvelle civilisation.
Cela n'ira pas sans larmes.

Le jeu de dupe que nous jouons finira par anéantir notre société de l'illusion où les mots perdent leurs sens et l'éthique sa raison d'être.


Ronald Haakman

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Messages les plus consultés

Membres

Agoravox

Musique

Nombre total de pages vues